AMUTC
Association Montreuilloise des Usagers des Transports Collectifs BP2 93101 Montreuil Cedex AMUTC.fr

Thèmes

accessibilité amutc annonce argent article automne background belle bleu bonne bus cadre

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Accessibilité (3)
· Arc Express (4)
· Bus (0)
· Evénement (4)
· Grand Paris (1)
· Grand Paris Express (3)
· Informations (4)
· Métro / RER (6)
· Nos objectifs (4)
· Nouveau Grand Paris (0)
· Tarification (3)
· Tramway (1)

Rechercher
Derniers commentaires Articles les plus lus

· Présentation de la ligne bus 122
· Présentation de la ligne bus 102
· Présentation de la ligne bus 301
· Présentation de la ligne bus 318
· Présentation de la ligne bus 121

· Présentation de la ligne bus 127
· Présentation de la ligne bus 115
· Présentation de la ligne bus 545
· Présentation de la ligne bus 351
· Présentation de la ligne bus TITUS
· Présentation de la ligne bus 129
· Présentation de la ligne bus N 16
· Présentation de la ligne bus 215
· PROLONGEMENT METRO 11 La station boissiere
· Les horaires RATP-Transilien sur Mappy

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Blogs et sites préférés

· AMUTC


Statistiques

Date de création : 18.04.2010
Dernière mise à jour : 02.02.2015
166articles


RER A : 1 coup de tête = 1 million de victimes

Publié le 02/02/2015 à 20:23 par amutc Tags : rer grève 2015

Un usager mécontent a souhaité s’exprimer sur la grève surprise sur le RER A.

 

Les intouchables du RER A ont encore usé illégalement du droit de retrait.

Quand va t-on dénoncer ce scandale ?

 

Le droit de retrait, qui n’a juridiquement aucun rapport avec le droit de grève, est réglementé par l’article 4131 du Code du travail. Il permet au salarié de se « retirer d’une situation » (traduisez : cesser le travail) « dont il a un motif raisonnable de penser qu’elle présente un danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé ».

 

L’employeur ne peut demander au travailleur de reprendre son activité aussi longtemps que la situation en cause perdure, et bien entendu celle-ci ne peut donner lieu à aucune sanction ni retenue de salaire. Introduite dans la loi pour faire face à des situations comme celle des camionneurs qui refusent de prendre le volant d’un véhicule dangereux, cette disposition est de plus en plus systématiquement invoquée dans le service public pour servir de prétexte à un arrêt de travail dans les transports, dès lors qu’intervient une agression ou une situation similaire.

 

C’est un parfait exercice illégal du droit de retrait et un détournement de la loi. Il est plus qu’évident que cet incident ne saurait être invoqué par l’ensemble des conducteurs de trains de Saint-Lazare comme présentant « un danger grave et imminent pour (leur) vie ou (leur) santé ». Le droit de retrait est un droit individuel et non collectif.

http://www.ifrap.org/L-exercice-du-droit-de-retrait-dans-les-transports-est-une-greve-sauvage,1041.html

 

JB

 

 

Un article de René Méheux, publié en 2009, peut apporter une réponse partielle aux causes de non fonctionnement du RER A.

 

La pagaille sur le RER A prend son origine à la difficulté qu’ont les conducteurs de respecter les 90 secondes de cadencements des trains. Pressés de dégager la gare ils referment trop vite les portes. Un voyageur s’étant fait coincer ainsi est venu « faire une tête » au conducteur à l’arrivée au terminus. S’en est suivi cette grève totale sans préavis.

 

Tout cela était malheureusement prévisible...

 

En 2009, lors du lancement de la commande du nouveau matériel à deux étages pour le RER A, j’ai été témoin et acteur de la polémique entre le STIF et la RATP, prédisant que ce matériel ne résoudrait pas le problème du débit de la ligne. Je faisais remarquer que du fait du nombre moindre de portes à quai (30 au lieu de 36 pour le « vieux » matériel MS 61) et des escaliers d’accès aux deux niveaux, les rames MI 2N ne dégageaient pas les stations comme Chatelet, Gare de Lyon ou La Défense en moins de 2 minutes (au mieux), alors que le cadencement de la ligne est à 90 secondes pour un temps d’arrêt à quai de 50 secondes. Ayant été traité à l’époque d’incompétent, les événements me donnent raison hélas.

 

René Méheux

Article René



Réunion publique AMUTC : Bus, Métros, Tram… Où en est-on ?

Publié le 14/12/2014 à 19:32 par amutc Tags : réunion publique
Réunion publique AMUTC : Bus, Métros, Tram… Où en est-on ?

Bus, Métros, Tram…
Où en est-on ?

Réunion publique
Vendredi 19 décembre 2014 à 20h00
Ecole Diderot 1, 12 rue Pépin, Montreuil

Avec la participation de M. le Maire,
Patrice Bessac

Nous ferons le point sur :

  1. Les Bus
  2. Les prolongements M11, M9, M1, T1 et M15
  3. Accessibilité, Tarification

 

Ouverte à tous !
Venez vous exprimer...

 

www.AMUTC.fr          amutc@laposte.net
AMUTC, Maison des Associations, 35-37 avenue de la Résistance 93100 Montreuil

Les usagers des transports ont besoin de l’écotaxe

Publié le 25/04/2014 à 20:23 par amutc Tags : Informations Ecotaxe

Communiqué de la FNAUT

 

Le report prolongé de l’écotaxe et sa remise en cause par la ministre de l’Ecologie ont des conséquences graves pour les usagers des transports, qui attendent avec impatience des investissements massifs dans les transports collectifs.

 

Les besoins des usagers des transports ne sont pas satisfaits

  • Dans bien des villes, les bus sont saturés et circulent difficilement faute de priorités de circulation. Des tramways et bus à haut niveau de service sont indispensables.

  • L’état des infrastructures ferroviaires s’est dégradé faute d’entretien ; de nombreuses lignes régionales et même interrégionales sont aujourd’hui menacées de disparition.

 

Le report de l’écotaxe pénalise les usagers des transports, les habitants soumis aux nuisances du transport routier et les contribuables

  • Le report de l’écotaxe prive le système de transport de 800 millions d’euros par an. Il bloque les projets de transports urbains en site propre, l’accélération de la rénovation du réseau ferré et les investissements permettant de développer le transport ferroviaire du fret.

  • Son abandon obligerait de plus l’Etat à dédommager la société Ecomouv, chargée de collecter l’écotaxe, à hauteur de 800 millions d’euros.

 

L’écotaxe est légitime

  • Considérer l’écotaxe comme un impôt est un contresens, c’est une redevance kilométrique d’usage de la voirie par les camions, combinée à une taxe pollueur-payeur.

  • Elle vise à soulager le contribuable qui, aujourd’hui, paie ce que devrait payer le transport routier, et à inciter les chargeurs à rationnaliser leur logistique et à davantage utiliser le rail.

  • En Allemagne, la taxe poids lourds est 4 fois plus élevée que celle prévue en France.

 

Il n’y a pas d’alternative à l’écotaxe

  • La législation européenne ne permet pas de taxer uniquement les transporteurs étrangers et de les obliger à utiliser les autoroutes.

  • Tous les transporteurs routiers doivent acquitter cette redevance car tous les camions, français et étrangers, contribuent à l’usure des voiries et sont responsables de nuisances.

 

La mise en place de l’écotaxe est urgente. La FNAUT demande au gouvernement de ne pas céder devant les lobbies qui s’opposent à l’écotaxe au détriment de l’intérêt général.

 

Pour voir le communiqué officiel

 

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Pollution de l'air : 3 fausses bonnes idées pour se protéger

Publié le 03/04/2014 à 21:00 par amutc Tags : Informations Pollution

Porter un masque, s'enfermer chez soi, rester dans sa voiture... Tour d'horizon des mesures que l'on pourrait croire utiles face à la pollution aux particules.

Mais ces mesures, souvent du bon sens, s'avèrent inutiles. Pire, certaines pourraient empirer les choses.

 

Porter un masque

Le docteur Nhân Pham-Thi, pneumo-allergo-pédiatre, explique que "rien ne peut empêcher" les particules de PM10 de rentrer dans nos poumons, pas même des masques de guerre.

Ceux qui pensent se protéger avec un petit masque en papier, comme l'on voit souvent sur les photos des résidents chinois exposés à des taux de pollution record, ne ménagent que leur conscience."

Il n'existe aujourd'hui aucun masque qui puisse empêcher ces particules néfastes de pollution de rentrer dans nos organismes. Les seuls masques qui pourraient être envisagés pour se prémunir de la pollution sont fournis dans le milieu hospitalier. Pour Denis Charpin, ce n'est pas une solution réaliste : "Au bout d'une dizaine de secondes on transpire beaucoup. Il est impossible de les porter toute une journée". Les poils de nez restent la barrière la plus efficace.

 

S'enfermer chez-soi

L'indication de rester chez soi, pour les enfants en bas âge, les personnes âgées ou malades, n'est pas inepte, mais pas efficace non plus. Les logements concentrent une pollution chimique."

"Il y a un effet cumulatif", observe le pneumo-allergo pédiatre. Plus l'exposition est longue et répétée, plus le corps s'encrasse. L'idéal serait de profiter des beaux jours sur l'ensemble du pays pour partir s'aérer dans des contrées moins polluées.

 

S'isoler dans sa voiture

S'enfermer dans son automobile reste de loin l'idée la plus mauvaise. Le pneumo-allergo pédiatre explique pourquoi :

C'est dans les voitures fermées que l'on retrouve le taux le plus élevé de PM10. Rester dans une voiture toute la journée n'est pas seulement mauvais pour les poumons, c'est aussi perpétuer le cercle vicieux de la pollution.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, se déplacer en vélo reste une meilleure solution pour la santé. Les cyclistes sont moins exposés que les automobilistes. Mieux vaut cependant éviter de faire sa séance de cardio hebdomadaire à vélo lors de ces pics de pollution. Le sport et l'activité physique intense étant déconseillés par la préfecture de police de Paris.

 

L’article complet de Barbara Krief du Nouvel Observateur est à cette adresse

T1 de Bobigny à Val de Fontenay déclaré d’utilité publique !

Publié le 28/02/2014 à 20:50 par amutc Tags : DUP T1 Tramway

L’AMUTC se réjouit que la DUP ait été prise, mais il reste des inconnues qui doivent être éclaircies.

 

Le 17 février 2014, les préfets de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne ont signé la déclaration d’utilité publique du projet. Les maîtres d’ouvrage, le Département de la Seine-Saint-Denis et la RATP, ainsi que tous les partenaires du projet, l’Etat, la Région Île-de-France, le STIF et le Département du Val-de-Marne, se félicitent de cette décision essentielle à la poursuite de ce projet.

Le tramway T1 de Bobigny à Val de Fontenay contribuera à désenclaver l’Est de la région francilienne tout en se connectant au réseau de transports existants et à venir, notamment dans le cadre du Nouveau Grand Paris.

L’enquête publique, qui s’est déroulée du 17 juin au 31 juillet 2013 a suscité une large mobilisation du public (plus de 1 000 avis) des six communes concernées par le projet (Bobigny, Noisy-le-Sec, Romainville, Montreuil-sous-Bois, Rosny-sous-Bois et Fontenay-sous-Bois).

Le 2 septembre 2013, la Commission d’enquête a rendu un avis favorable sans réserve à la déclaration d’utilité publique du projet de tramway T1 entre Bobigny et Val de Fontenay, avec six recommandations, auxquelles les maîtres d’ouvrage ont porté dès lors une attention particulière.

Le détail de ces recommandations est disponible sur le site Internet du projet.

Depuis la fin de l’enquête publique, les maîtres d’ouvrage poursuivent les études en travaillant en concertation étroite avec les différents acteurs du territoire (élus, riverains, commerçants...), dans la continuité de la démarche de dialogue initiée depuis le début du projet.

Les engagements des maîtres d’ouvrage pour répondre aux recommandations de la Commission d’enquête se sont traduits dans la déclaration de projet approuvée par le Département de la Seine-Saint-Denis le 21 novembre 2013 qui confirme l’intérêt général du projet.

Le détail de ces engagements est disponible sur le site internet du projet : www.t1bobigny-valdefontenay.fr/sexprimer-et-sinformer/

 

Pour lire le communiqué complet, c'est à cette adresse.

7 candidates et candidats réunis pour le meilleur

Publié le 11/02/2014 à 20:00 par amutc Tags : Amutc Evenement Municipales Débat
7 candidates et candidats réunis pour le meilleur

Ce 7 février, c’était déjà fête en Mairie de Montreuil alors que les postulant-es à la fonction de Maire s’exprimaient sur leurs projets concernant les transports.

La participation des habitant-es usagers s’est déroulée dans un bel esprit, olympique, de convivialité et de confrontation sereine, malgré l’importance des enjeux. S’il y a eu quelques « frottements », aucun n’a mérité un carton jaune. Que chacun en soit félicité !

Ainsi, ont été évoqués les déplacements, la mobilité, l’accessibilité, les emplois, la densification, la gentrification, la tarification, la gratuité... Toutes questions délicates, mais qui font et feront, ou pas, le bien vivre dans notre ville.

Plus spécifiquement, les objectifs ont été tracés :

  • Améliorer l’offre de bus, en fréquence, en régularité, en confort, en civilité, en accessibilité
  • Penser aux scolaires qui se déplacent en heures de pointe
  • Améliorer l’accessibilité pour les personnes en difficulté ou handicap physiques
  • Créer des liens entre les quartiers en organisant une ou des navettes
  • Améliorer la voirie, les trottoirs et le plan de circulation
  • Structurer les transports avec un réseau complet de métros et tram, donc réorganiser la Ville
  • Obtenir au plus vite le « chaînon manquant » : le prolongement de la M9 jusqu’à l’hôpital
  • Débloquer le prolongement du T1 en concertation avec Noisy-le-Sec
  • Rétablir la continuité des voies automobiles le long du T1
  • Améliorer l’insertion du SMR le long du T1
  • Positionner au mieux la station « Grands Pêchers » de la M1
  • Envisager le tracé de la M3 pour qu’elle rejoigne, le moment venu, un RER ou la M15
  • Argumenter encore pour que la M15 relie, en rocade, toutes les lignes de la métropole
  • Trouver une solution pour des tarifs équitables...

La ville de Montreuil ne peut plus souffrir d’être coupée en deux !!!

Tous les objectifs ne seront pas atteints, même dans une mandature ! Il faudra les transformer en actions concrètes et programmées, et donc les financer.

A cet effet, tou-tes les candidat-es ont convenu de l’importance de la concertation, de la participation des habitants, de l’incontournable nécessité de négocier et de trouver des solutions avec les communes voisines, avec l’agglomération, avec le département, avec la Région... et demain avec la Métropole du Grand Paris. Un vrai grand pari !

Dans une telle attitude de générosité politique, nous aurions pu rêver que, toutes et tous se retrouvent dans deux mois autour de la table du Conseil... Il y aura des éliminé-es, c’est la règle de la démocratie représentative ! Invitons cependant la prochaine équipe municipale à organiser des rencontres, des débats, des dispositifs qui permettent d’exprimer le meilleur des propositions.

L’AMUTC prendra part à ce défi. Les candidats peuvent nous envoyer de nouvelles contributions. Les usagers peuvent nous écrire [AMUTC@laposte.net] pour des observations, des propositions ou des questions. Nous essaierons de fournir les éléments de réponse, de réflexion ou d’argumentation. Retrouvons-nous sur notre site : AMUTC.fr !

L’essentiel est certes de participer, l’idéal serait de fédérer les compétences...

Débat public Transports - Spécial Elections Municipales

Publié le 30/01/2014 à 20:50 par amutc Tags : Evenement Municipales Débat Amutc

Vendredi 7 février

18 heures 45    Salle des Fêtes

Mairie de Montreuil

 

Débat public

Spécial élections municipales

 

Quels transports collectifs
pour Montreuil ?

 

Pour contribuer à votre information, l’AMUTC invite
les candidat-es à s’exprimer lors d’une tribune publique.

 

Chacun-e présentera et défendra ses propositions
sur les projets d’évolution des transports dans notre ville.

 

L’AMUTC milite pour un réseau efficace de transport
avec des bus plus fréquents, le prolongement des métros 11, 9, 1, 3
et du tram T1, une rocade Grand Paris Express,
l’accessibilité pour tous et une tarification plus équitable.

 

Consultez notre site :www.AMUTC.fr

Bus 301 desservi en soirée

Publié le 19/12/2012 à 16:02 par amutc Tags : Amutc Bus 301

Votre association pour le développement des transports collectifs vous informe :

 

Que la ligne 301 qui relie Bobigny Pablo Picasso à Val de Fontenay RER est desservie en soirée à partir de ce jour (lundi 17 décembre 2012).

Le renfort porte sur la création d'un service de soirée jusqu'à 0h30 avec un intervalle de 25 mn.

Le dernier départ est à 0h30 à chacun des terminus de la ligne.

 

L'AMUTC se réjouit de cette nouvelle extension d'horaire, tant souhaitée et si nécessaire.

SNCF Ile de France : nouveau service pour fauteuil roulant

Publié le 01/12/2012 à 19:09 par amutc Tags : SNCF Accessibilité PMR

Auteur(s) : Handicap.fr - E.Dal'Secco http://www.handicap.fr

Résumé :La SNCF lance un service pour permettre aux personnes en fauteuil roulant de rejoindre les transports en commun depuis toutes les gares d'Ile-de-France, du premier au dernier train. Sans surcoût et gratuit pour les porteurs de la carte Navigo.

Une excellente nouvelle pour tous les Franciliens en fauteuil roulant. Un nouveau service vient d'être mis en place qui leur permet, depuis une gare SNCF du réseau de train de banlieue non accessible, de rejoindre la gare ou la station accessible la plus proche, que ce soit RER, train ou tramway.

Cette liaison s'effectue alors par la route, avec un transporteur spécialisé. Sans surcoût pour les voyageurs (et gratuit pour les porteurs de la carte Navigo), elle est proposée du premier au dernier train de la journée. Ce service expérimental est lancé et financé par le STIF (Syndicat des transports d'Ile-de-France) dans le cadre de sa politique d'accessibilité des transports en commun.
Evidemment, dans cette configuration, encore faut-il trouver une solution pour se rendre dans la gare la plus proche...

Mode d'emploi


Ce service peut intervenir à plusieurs étapes du parcours :
- au départ, avec une prise en charge par le transporteur routier spécialisé depuis la gare non accessible vers la gare accessible ou la station la plus proche (train, RER, tramway).
- en dernière partie de trajet, avec une prise en charge par le transporteur routier spécialisé depuis une gare ou une station accessible vers la gare de destination non-accessible.
- sur l'intégralité du trajet, entre deux gares, dans le cas où aucune gare sur le parcours n'est accessible.

S'il existe une ligne de bus importante accessible, il pourra être proposé au voyageur de rejoindre son arrêt le plus proche.

Exemple de trajet et tarif


Un voyageur souhaite se rendre à Vincennes (Gare RER A accessible) depuis la gare des Mureaux (ligne J) qui, elle, n'est pas accessible. Il lui sera proposé un transport routier de la gare des Mureaux vers celle de Poissy, première gare accessible la plus proche de la gare des Mureaux, où il pourra alors prendre le RER A. Le coût total de son trajet sera le même que pour tout autre passager, c'est-à-dire le montant du billet Les Mureaux-Vincennes (9,15 € en plein tarif). Dans un premier temps, il devra débourser auprès du transporteur routier 2,45 €, correspondant au trajet entre la gare des Mureaux et la gare de Poissy. Dans un second temps, il devra acheter, à la gare de Poissy, son ticket Poissy- Vincennes, soit 6,70 €. Les détenteurs d'un abonnement Navigo peuvent effectuer l'ensemble du trajet avec leur carte, dans la limite des zones de validité de leur forfait.

Comment réserver ?


L'organisation de ce service est confiée à la SNCF. Les réservations sont assurées par la centrale Accès Plus Transilien. Elles peuvent être prises 7j/7, de 7h à 20h, la veille du trajet. Le mode d'emploi détaillé du service est disponible sur le site transilien.com, rubrique « Accessibilité PMR ».

Pas de Passe Navigo à prix unique dès janvier 2013

Publié le 21/11/2012 à 20:25 par amutc Tags : Navigo Tarification
Par Aude Seres Publié le 20/11/2012 à 20:09 LE FIGARO
Depuis le 1er septembre, le passe Navigo à tarif unique est opérationnel tous les week-ends et jours fériés.
Depuis le 1er septembre, le passe Navigo à tarif unique est opérationnel tous les week-ends et jours fériés.Crédits photo : Sébastien SORIANO/ Le Figaro

Promesse de campagne de Jean-Paul Huchon, cette mesure est repoussée, faute de moyens.

Le passe Navigo à prix unique, ce n'est pas maintenant… Tel est en substance le message qu'a fait passer Pierre Serne, vice-président Vert du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), pourtant très attaché à cette mesure. En clair, la disparition des zones, en fonction desquelles varie le prix du fameux passe, va devoir attendre. Et ce, malgré l'accord conclu lors de la campagne des élections régionales de 2010 entre les Verts et le PS. Le coût de la mesure, qui a fait l'objet d'une guerre des chiffres entre l'UMP et les Verts, se situe entre 300 et 550 millions d'euros.

Une étape a déjà été franchie: depuis le 1er septembre, le passe Navigo à tarif unique est opérationnel tous les week-ends et jours fériés. Le détenteur d'un abonnement peut se rendre dans n'importe quel endroit du réseau, pour un seul et même prix. «L'étape suivante sera la création d'un passe Navigo multizone début 2013», avait indiqué Pierre Serne à l'époque. «Mais cela dépendra de l'avancée des discussions que nous avons engagées avec l'État, à savoir si cette proposition va s'inscrire dans le cadre de la loi de finances 2012 ou faire l'objet d'un texte séparé», avait-il pris soin d'ajouter.

Nouvelles recettes

Or, le compte n'y est pas. La semaine dernière, l'Assemblée nationale a adopté un amendement au projet de loi de finances 2013 proposant une hausse de 0,1 point du versement transport (VT), la contribution des entreprises aux transports publics franciliens. Selon Pierre Serne, «cette hausse devrait apporter 60 millions d'euros au Stif en 2013, 120 millions l'année suivante et 180 millions d'euros en année pleine». Ces nouvelles recettes sont destinées à financer la régénération des transports ferroviaires et le renouvellement du matériel roulant, prioritairement dans le cadre des schémas directeurs des différentes lignes de RER dont le financement n'est aujourd'hui qu'en partie assuré, précise l'amendement.

Pour le moment, les élus Verts comptent encore sur une manne supplémentaire qui serait inscrite dans la loi de décentralisation, prévue au printemps. Reste que le contexte s'y prête peu. En revanche, en janvier, le Stif mettra en œuvre le «complément de parcours». Pour aller dans une zone non couverte par l'abonnement de son passe Navigo, le voyageur ne paiera plus l'intégralité du prix du voyage, mais uniquement le différentiel entre ce que couvre son passe et sa destination. Concrètement, le voyageur chargera ce complément directement sur son passe ou disposera d'un billet.


DERNIERS ARTICLES :
RER A : 1 coup de tête = 1 million de victimes
Un usager mécontent a souhaité s’exprimer sur la grève surprise sur le RER A.   Les intouchables du RER A ont encore usé illégalement du droit de retrait. Quand va t-on d
Réunion publique AMUTC : Bus, Métros, Tram… Où en est-on ?
Bus, Métros, Tram… Où en est-on ? Réunion publique Vendredi 19 décembre 2014 à 20h00 Ecole Diderot 1, 12 rue Pépin, Montreuil Avec la participation de M. le Maire,
Les usagers des transports ont besoin de l’écotaxe
Communiqué de la FNAUT   Le report prolongé de l’écotaxe et sa remise en cause par la ministre de l’Ecologie ont des conséquences graves pour les usagers des transports,
Pollution de l'air : 3 fausses bonnes idées pour se protéger
Porter un masque, s'enfermer chez soi, rester dans sa voiture... Tour d'horizon des mesures que l'on pourrait croire utiles face à la pollution aux particules. Mais ces m
T1 de Bobigny à Val de Fontenay déclaré d’utilité publique !
L’AMUTC se réjouit que la DUP ait été prise, mais il reste des inconnues qui doivent être éclaircies.   Le 17 février 2014, les préfets de la Seine-Saint-Denis et du Val-
forum